Les jardins du paradis 12 - [#3096]
Previous Next
+ Comments        Les jardins du paradis 12 - [#3096] - 24-01-2011

Shiraz, Iran central, le 9 novembre 2010 à 17:45 heures.

Mausolée de Hafez, poète et mystique persan, né vers 1310.
Le lien conduit à un site où on peut entendre Hafez déclamé en Farsi, la langue perse.

De grand matin je m'en fus au jardin cueillir une rose.
Soudain me vint à l'oreille la voix d'un rossignol

Le pauvre comme moi était pris d'amour pour une rose
et par son cri de détresse jetait le tumulte au parterre.

Je tournais en ce parterre et ce jardin ; d'instant en instant
je songeais à cette rose et à ce rossignol.

La rose était devenue compagne de la beauté, le rossignol l'intime de l'amour
en lui nulle altération, en l'autre nulle variation.

Quand la voix du rossignol eut mis sa trace en mon coeur,
je changeai au point que nulle patience ne me resta.

En ce jardin tant de rose s'épanouissent, mais
personne n'a cueilli une rose sans le fléau de l'épine.

Hâfez, du monde en sa rotation n'espère l'apaisement :
il a mille défauts et n'a pas une faveur !

Hâfez, Ghazal 456.

You can listen on this site Hafiz poetry said in Farsi, the persian language.

PARADISE

Now the rose breathes the breeze of the garden of Paradise,
together am I and wine of Joy, Beloved with Heavenly eyes.

Today, why shouldn’t the beggar be boasting of a kingdom;
the feasting table is breadth of creation, roof is milky skies.

Maker of Life explains with Spring the only truthful story:
he who ignores today’s beautiful glory, is tomorrow unwise.

With the wine of Love fill the heart beyond overflowing:
for this rotten world is nothing but dust, everything dies.

This enemy is unfaithful: so don’t try to get even a spark
from the hermit’s candle, lit by lamp of a church that dies.

Don’t criticise me for mistakes I’ve made due to ignorance:
do you know the pathways carved on my skull by the tides?

Don’t you walk away from this graveside of Hafiz, because,
although buried in mistakes, he is travelling to Paradise.