Mieux vaut tard que jamais 1 - [#8907.2]
Previous Next
+ Comments        Mieux vaut tard que jamais 1 - [#8907.2] - 19-07-2010

Rétrospective Sylvie Fleury au Mamco, Genève, Décembre 2008.

Série Sombre.

Dans ce travail, je m'intéresse à une maladie, la dépression nerveuse, la "décompression" et autres burn-out. Un mal sournois qui accable peu ou prou un bon tiers de la population des Nations dites "globalisées", souvent aussi... épuisées. Je réagis à tous ces suicides professionnels récents, en France, en Chine, qui ne sont que la pointe de l'iceberg, la liste étant longue, hélas.
Faire plus... avec moins... à très court terme...
Le calcul est cynique, plus les gens sont malades, plus le pays crée de la richesse, c'est bon pour l'économie et gonfle le PNB. C'est une série "politique", de combat.
A quand un nouvel étalon économique, bien nommé BNB (Bonheur National Brut), comme cela se passe au Bhoutan, qui rassemblerait des indicateurs économiques, bien sûr, mais aussi la santé de la population, le niveau de formation et d'épanouissement, la qualité de vie et aussi, plus poétiquement, la spiritualité et le plaisir de vivre!

La série Sombre pourrait fort bien se nommer "Idées noires". Elle comprend 40 photographies, elle est à dimension variable, l'ordre ou le nombre d'images est secondaire, les combinaisons infinies.
La réalité est vue ici à travers des lunettes noires, elle devient une suite d'associations de thèmes récurrents et croisés, par exemple le(s) choix impossible(s) qui se cachent derrière les vannes et l'étau impitoyable des machineries d'usine, ou la nature, éternel symbole de renouveau et du temps qui passe, ou encore la fenêtre, rite de passage vers la lumière, le dedans, le dehors. Il y a aussi la mort, la solitude, la femme, et certainement bien d'autres associations, autant de résonances différentes chez chacun.
Ces images ne sont pas silencieuses. Sous une lumière de velours, elles se parlent et se répondent, s'interrogent, nous interrogent (le punctus de Roland Barthes) et finissent par nous emporter dans des cercles concentriques vers une perception plus tendue de la réalité, vers le ici et maintenant. Elles veulent en fait nous emmener à l'exact opposé de la notion du cela a été et ne sera plus, inhérente à l'essence même de la photographie. Enfin, je l'espère.
Début de la série - Séquence précédente.

Dark serie. Artwok by Sylvie Fleury, Mamco.
Beginning of the serie - Previous sequence.